Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sidnes.overblog.com

sidnes.overblog.com

philosophie par le mot et l'image

quiconque possède craint de perdre !

Publié par Sid Nes sur 23 Octobre 2016, 19:00pm

Catégories : #photo

Notre développement sur les élans fondamentaux nous ramène automatiquement à la question des pièges qui trappent la force de ses élans en nous et qui amoindrissent notre capacité à les incarner. Nous avons parlé plus haut du premier de ces pièges : l’orgueil. Nous avons entrevu le sentiment exagéré de notre propre importance comme mouvement d'identification et d'attachement à notre personnalité, à ce que nous croyons être. En suivant cette ligne, nous en arriverons rapidement à constater que le premier piège en fabrique nécessairement un second: la peur.

 

La peur est intrinsèquement liée à l’orgueil, car le mouvement d'acquisition va engendrer un mouvement de crainte: quiconque possède craint de perdre. Qu'il s'agisse d'une automobile ou d'une maison, qu'il s'agisse de l'amour de notre conjoint ou de celui de nos enfants, qu'il s'agisse encore d'un talent ou d'un don particulier, aussitôt que l'on s'y identifie, aussitôt qu'on le fait sien, aussitôt qu'il nous sert à appuyer la formation de notre identité, les inquiétudes naissent; on a peur de voir le tout s'évanouir. On se contracte, on se referme, on se défend, et l'on perd le contact avec nos élans de vie !

 

Derrière les besoins, les compensations, les dépendances et les blessures du passé, il y a la peur. Elle est le facteur qui conditionne la chaîne des réactions inconscientes. Elles nous garde contracté sur nos besoins, attaché à nos récompenses cachées. Elle nous tyrannise et nous paralyse. S'il a une chose dont nous soyons tout autant victime que des besoins inconscients, c'est bien de la peur. Elle est véritablement à la source de ce qui nous enferme et par conséquent à la source de ce qui nous rend vulnérable aux autres, à leur pouvoir, dans notre vie personnelle et dans notre vie collective.

extrait de: victime des autres, bourreau de soi même de Guy Corneau

Commenter cet article

Archives

Articles récents