Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sidnes.overblog.com

sidnes.overblog.com

philosophie par le mot et l'image

Créateur, créativité et création

Publié par Sid Nes sur 28 Septembre 2016, 18:39pm

Catégories : #photo

Créateur, créativité et création

Dans le langage courant, par créativité, nous entendons souvent l'utilisation d'outils d'expression comme la peinture, l'argile, le dessin. Nous l'assimilons au bricolage. Cette créativité nous apparaît comme l'apanage de l'enfance. De la même façon, nous confinons l'emploi du mot création au domaine artistique et religieux. Ainsi, nous nous privons de percevoir en tout geste une création qui nous exprime.

Une famille, un couple, un travail, un plat que l'on cuisine s'avèrent autant de créations qui témoignent de côtoyer cet élan. Chaque jour, des ménagères et des gestionnaires touchent aussi au sublime dans leur manière de gérer des situations difficiles; pourtant nous les regardons jamais comme des créateurs. En allant plus loin, nous pouvons concevoir nos sentiments, nos pensées et nos états intérieurs comme autant de créations personnelles.

Il va s'en dire que, pour en arriver là, il ne faut plus se sentir victime de ce qui se passe en soi.

Créateur, créativité et création

Chacun de nous est le monde et l'exprime à sa façon. Nous ne faisons pas que participer au monde, nous sommes le monde. Or le monde que nous connaissons est animé par un immense mouvement de transformation perpétuelle. Nous sommes donc ce mouvement de transformation. Il devient compréhensible que, lorsque nous exprimons cette réalité et y participons plus intensément et plus consciemment, cela puisse créer en nous des états de joie spontanée. Ces états nous rapprochent de la gloire d'Osiris exprimant par ses créations la bonté, la beauté et la générosité même de l'élan universel.

Si nous sommes le monde, nous sommes par le fait même du mouvement créateur. Les efforts que nous faisons pour stabiliser nos vies relèvent sans doute de notre insécurité profonde et peut être même de notre peur de notre nature fondamentale. Pour employer le langage de la physique quantique, qui nous apprend que certains éléments de la matière peuvent être observés à la fois comme particules et comme ondes, nous préférons nous imaginer comme particules et non comme ondes.

Nous préférons nous concevoir comme "solides et stationnaires" plutôt que " en mouvement". L'idée d'être un mouvement est inquiétante en regard des efforts que nous déployons pour stabiliser nos vies.

Je suis conscient que ses idées demandent réflexion. Il faut les fréquenter longuement avant qu'elles ne prennent forme en nous. Rappelez vous qu'il s'agit d'hypothèses, d'angles de vue. Il me semble cependant que ceux-ci permettent d'embrasser plus largement la réalité. De toute manière, nous aurons à revenir sur ce paradoxe fondamental de l'identité humaine qui nous conduit à nous concevoir comme fixe dans un monde en mouvement, entraînant ainsi une partie de notre malheur.

extrait de: victime des autres, bourreau de soi même de Guy Corneau

Commenter cet article

Archives

Articles récents